Dans la localité de Shlomi, dans le Nord d’Israël, une Hazkara a été organisée en souvenir du Rav Amram Abourbeh z’l, l’une des grandes autorités religieuses issues du Maroc, à l’occasion du cinquante-et-unième anniversaire de sa disparition. Le Rav Amram Abourbeh z’l était monté en Israël dans sa jeunesse et avait occupé le poste de grand rabbin de Petah Tikva. Il était également Dayan.

Le Rav Amram Abourbeh est né à Tétouan au Maroc en 5652 (1892) dans une famille originaire de Castille en Espagne. Son père, Rav Shlomo Abourbeh z’l, dirigeait un centre d’étude de Tora appelé ‘Midrash Shlomo’ et après sa Alya en Eretz Israël en 1906, il a créé une Yeshiva dans sa maison, dans la Vieille Ville de Jérusalem, qui portait le nom de ‘Or Zaroua’.

Dans sa jeunesse, le Rav Amram Abourbeh a étudié à la Yeshivat Porat Yossef et a été le disciple du Rav Yossef Haïm Hacohen z’l, président des congrégations séfarades de Jérusalem. Il a ensuite obtenu son diplôme de rabbin et de Dayan des mains de son maître dont il a épousé plus tard la fille Rivka. Cinq fils et une fille sont nés de cette union.

Le Rav Abourbeh a su combiner harmonieusement Tora et activité professionnelle : en association avec son ami, le Rav Yossef  Itsh’ak Shloush z’l, directeur de la H’evra Kadisha et Av Beth Din de la communauté séfarade de Jérusalem, il a fondé et dirigé une entreprise qui vendait des livres et des objets de culte. Ils s’occupaient entre autres d’imprimer des ouvrages de Tora et en expédiaient notamment aux Juifs d’Afrique du Nord et dans d’autres lieux de la diaspora.

En même temps, il enseignait à la Yeshivat Porat Yossef et à la Yeshivat Shaarei Tsion du Rav Ben Sion Meir Ouziel z’l qui l’a nommé ensuite rabbin du quartier de Nah’laoth. Il a également exercé en tant que Shoh’et et a siégé par ailleurs, pendant une trentaine d’années, au tribunal rabbinique de la communauté séfarade de Jérusalem.

En 1920, le Rav Abourbeh a été parmi les fondateurs du quartier de Bayit VeGan. Sioniste convaincu, il a participé aux combats pour la création de l’Etat et a été arrêté par les autorités du Mandat britannique en raison de ses liens avec la Hagana.

En 1951, après le retrait du Rav Ovadia Hedaya z’l, le Rav Abourbeh a été nommé grand rabbin séfarade de Petah Tikva aux côtés du grand rabbin ashkénaze, Rav Reouven Katz z’l. Il a siégé en outre au sein du conseil du grand rabbinat d’Israël et a présidé le conseil national de l’organisation des rabbins des communautés orientales.

Le Rav Amram Abourbeh est décédé à Petah Tikva le 7 Teveth 5727 (1966).

Claire Dana-Picard