Près de 25 adolescents de Samarie sortis jeudi matin pour une excursion entre Migdalim et Keida, à l’occasion de la Bar Mitsvah de l’un d’entre eux, ont été attaqués par des dizaines d’Arabes arrivés sur les lieux en voiture, qui leur ont tendu une embuscade près de la localité de Migdalim et de la route Alon.

Pour cette randonnée, autorisée par Tsahal, deux adultes armés avaient été sollicités pour encadrer les promeneurs. A un moment donné, des agitateurs arabes ont surgi et ont lancé des pierres et des rochers sur les enfants et les adolescents. Ces derniers, cherchant à se protéger, ont emprunté des passages dangereux, risquant de tomber des falaises.

Par miracle, le groupe a finalement trouvé une grotte dans laquelle il s’est réfugié en attendant l’intervention des forces de sécurité. Pendant ce temps, les agresseurs arabes ont tenté de pénétrer dans la grotte pour lyncher les jeunes qui s’y trouvaient.

L’armée est finalement arrivée sur place. Trois personnes ont été légèrement blessées dont le Rav des jeunes qui a été atteint à la tête par une pierre, mais les enfants étaient tous, surtout, profondément traumatisés par ce qui venait de leur arriver.

L’un d’entre eux a relaté les faits devant les caméras des médias et au milieu de son récit, sa voix s’est brisée et il a eu quelques difficultés à poursuivre son témoignage. Il a rappelé notamment qu’un des assaillants avait pris le pistolet d’un accompagnateur et les avait menacés avec l’arme.

“Ils nous ont dit que ceux qui avaient plus de 18 ans allaient être égorgés et qu’ils allaient aussi s’occuper des enfants. Nous avons tous pleuré et nous avons récité Shema Israël. Mais ils ne nous ont pas laissé pleurer, hurlant en arabe. Ils ont lancé encore des pierres, nous ont aspergés de gaz lacrymogènes. L’armée est ensuite arrivée et nous a sortis de là ».

Le ministre de l’Agriculture Ouri Ariel (Habayit Hayehoudi) a réagi à cette tentative de lynchage, affirmant ‘qu’il s’agissait d’un incident extrêmement grave’ et ‘qu’il fallait capturer au plus tôt les coupables’.

Saluant l’attitude des parents qui avaient défendu leurs enfants, il a estimé qu’ils avaient agi en héros. « Ces agresseurs du village de Kusra, connu pour ses méfaits, ont essayé d’assassiner des enfants juifs qui voulaient juste se promener en Samarie. Ils ont également dérobé l’arme d’un des parents qui a été blessé et ont volé du matériel personnel et des téléphones portables des enfants  ».

Claire Dana-Picard